2cv militaire jules ghan test algérie 1961

2CV militaire – 1961

Nous sommes en 1961. Le capitaine de corvette Bastard, commande le bataillon d’intervention de la DBFM, équipé du MG 151 monté sur 2 CV. En effet, la marine nationale essaya pour ses commandos héliportés des véhicules légers d’intervention construits sur la base d’une 2CV fourgonnette. Il s’agit finalement d’un pick-up “Jules” à canon de l’aéronavale. Ce véhicule a été mis au point par le capitaine de corvette et ses armuriers, et est monté au front pendant la guerre d’Algérie. Son rôle était de couvrir par son tir les hommes du GHAN  (Groupe d’Hélicoptères de l’Aéronavale). Des essais qui n’auront pas de suite.

Pour tenir son rôle d’arme lourde mobile sur le front, la 2CV AZU a subi des modifications de carrosserie conséquentes. Elle a été transformée en pick-up, allégée au maximum et équipée de barre d’amarrage pour être hélitreuillée. Le véhicule de combat peut-être armé d’un canon de 57 mm SR et aussi d’un plus gros canon ou d’une mitrailleuse Mauser MG 151. La mécanique de la camionnette est conservée sans problème, mais sa carrosserie ne convient pas en l’état. Le fourgon est découpé, de même que les portières dont les vitres sont supprimées, tandis que le pare-brise disparaît avec ses montants, remplacés par des arceaux bas.
Le châssis et le fond de cuve sont renforcés, ce dernier recevant un affût boulonné, d’un type à caractère universel pour pouvoir recevoir différentes sortes de canons. Ainsi armée, la 2CV transformée en pick-up intègre le GHAN 1 à part entière.

Pour parfaire son intégration, la 2CV est baptisée Jules. Ce prénom inscrit en arrière des ailes avant, en bas des fausses portières, est l’indicatif radio du capitaine Babot. Après la destruction de l’un des hélicoptères de combat du GHAN 1, le capitaine ne se consacre plus qu’au blindage et à l’armement de ces aéronefs, rendus vulnérables par leurs vols à basse altitude : la 2CV Jules restera donc unique et, secret défense oblige, il existe fort peu de témoignages de sa carrière militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *