La 2CV dans les années 1960

 Les années 1960 ; la décennie du renouveau

1960

La 2CV quitte sa livrée tristounette pour s’offrir, enfin, de nouvelles teintes de carrosserie avant son grand lifting qui arrivera comme un cadeau de Noël, en Décembre 1960. A partir de décembre 1960 donc, changement de ton : nouveau capot à 5 nervures (monté à partir de fin 1961). Avec ses échancrures latérales et ses bossages, il modifie totalement la silhouette de la voiture et la modernise.

Prise d’air de chaque côté et nouvelle calandre entièrement redessinée en alliage léger. Le type 2CV AZ au moteur de 375 cm3 disparaît du catalogue. Côté peintures, de nouvelles teintes apparaissent : vert embrun AC 511, jaune panama AC 307, bleu acier. La barre de la banquette avant est protégée par un caoutchouc. Le Radioën, de marque Continental Edison fait son apparition fin 1959 sur l’année modèle 1960 dans l’habitacle et il est donc désormais possible de rouler en 2CV tout en écoutant de la musique. Il ne remporte pas le succès escompté malgré l’antiparasitage.
Les roues de 400 sont remplacées par des roues de 380, changeant légèrement l’apparence de la 2CV, moins haute sur pattes.

1961

On ne parle pas encore de remplaçante pour une 2CV resplendissante de santé. Mais on sent bien qu’il faut la faire évoluer pour que le succès perdure. Le lifting qui lui est donc offert pour le millésime n’est cependant pas aussi radical que les apparences pourraient le laisser croire. La fourgonnette adopte les modifications de la berline (capot, calandre, etc). Nouvelles couleurs disponibles : bleu mer avec intérieur bleu, rouge pavot AC 410 avec intérieur rouge (capote marron ou gris foncée) et vert cactée AC 513 associé à des garnitures en tissu bayadère vert. En Mars, la 2CV A disparaît.

1962

Le cap symbolique du million d’exemplaires est atteint. Une première pour Citroën, tous modèles confondus.
Toutes les 2CV sont dotées du maître cylindre de frein de l’ami 6. La puissance maximum du moteur est de 15 ch au régime de 4500 tr/mn. Présentation d’une 2CV dit “Mixte” en Mars 1962 modifiée par la société ENAC de Bezons en région parisienne (pour la Belgique, elle prend le nom de 2CV AZC – le C désignant Commerciale). Elle se caractérise par une ouverture spéciale pour le coffre, et des sièges entièrement rabattables.
La désignation “Mixte” apparaîtra plus tard au catalogue ; sur cette version, la configuration arrière autorise le chargement d’objets volumineux. Détail original : la roue de secours est sous le capot et non dans le coffre arrière.
En 1962, Citroën propose pour ses berlines quatre couleurs de carrosserie, quatre couleurs de sellerie et cinq couleurs de capote. Les fourgonnettes ont des couleurs de carrosserie spécifiques. Toutes les combinaisons ne sont pas possibles et par ex une 2CV Rouge Pavot n’est livrée qu’avec une capote gris rosé et une sellerie Orange. Viendront ensuite les housses vertes et la capote Gris moyen.

 

1963

Jusqu’à présent, très peu de modifications ont été apportées à la petite Citroën dans cette décennie. Avec la sortie de l’Ami 6, qui n’est pourtant pas un modèle de confort bourgeois, la 2CV a prit un coup de vieux. Mais le constructeur du quai de Javel, aiguillonné plus que jamais par la concurrence, continue de faire évoluer la 2CV en cette année 1963. Tant de modifications sont apportées que leur désignation aux mines doit aussi être modifié ! Nouvelle planche de bord avec petit compteur trapézoïdal. En Mars, présentation officielle de la 2CV AZAM (AM pour améliorée) au salon de Genève (18ch à 5000 tr/mn), version luxueuse de l’AZA. Nouveaux coloris : Gris rosé AC 136, bleu monte carlo AC 605, beige antillais AC 309. En Septembre, un nouveau Gris Typhon AC 147 fait son apparition et le Beige antillais AC 309 est supprimé.

Cette année 1963 marque un nouveau record de production pour la berline qui atteint les  120 785 unités sorties des chaînes de Levallois.

2CV Type AZAM

La première présentation de la 2 CV AZAM a lieu en Suisse, au salon de l’auto de Genève du mois de Mars 1963. Voici les évolutions majeures ; pare chocs “bananes”, petits enjoliveurs de roues, encadrement des glaces de portes en inox, nouvelles poignées de portières plus épaisses. Apparition d’un pare soleil avec miroir côté  passager et d’un plafonnier avec interrupteur. Nouvelle planche de bord avec petit compteur de vitesse trapézoïdal, jaune à essence, essuie-glace électrique, adoption du volant Quillery en Bakélite gris rosé et montage de la commande des clignotants sur la colonne de direction. Aussi, la 2CV AZAM possède des banquettes d’un confort équivalent à celui de l’AMI 6 (et pour la banquette AV, le réglage se fait sur glissière).

La 2CV AZAM fait entrer la 2CV dans l’ère de la modernité mais reste avant tout une voiture populaire.

2cv azam 1963

1964

A partir de Janvier, modification des banquettes AV pour permettre le montage de ceintures de sécurité ventrales, des points de fixation étant désormais prévus de série. En Mars, les feux AR remplissent désormais trois fonctions : feu de position, stop et éclaireur de plaque. Parallèlement, l’éclaireur central de plaque est supprimé.
En Septembre, nouveaux coloris : vert agave AC 514 et bleu ardoise AC 105. Sont supprimées les couleurs vert embrun et bleu monté carlo.
En Décembre, véritable révolution, le sens d’ouverture des portières avant est modifié sur tous les modèles de 2CV ! En effet, il s’agit désormais pour Citroën de se mettre en conformité avec la nouvelle législation. La version export de la 2CV AZAM fut la première 2 CV à disposer de portières s’ouvrant dans le bon sens. Elles étaient produites en Belgique, à Forest, pour le marché allemand où il fallut s’adapter car le service des mines refusait de recevoir des véhicules aux portes suicides. Pour permettre l’ouverture de ces portes dans le bon sens, Citroën a muni les 2CV de charnières bien peu discrètes ; simultanément, la poignée intérieure d’ouverture a aussi été transformée et une simple lanière de plastique a été aménagée afin de servir de tirant. Enfin, de nouveaux coloris sont désormais disponibles : Bleu névé AC609, vert cactée AC 513, jaune pastis AC 310, vert agave AC 514, bleu ardoise AC 105. Dès Janvier 1964, le pneu Michelin X à chambre incorporée (radial) est monté en série sur toutes les 2CV. Le feu central de plaque disparaît et se partage au niveau des feux arrières. A partir du salon 1964, des ceintures de sécurité sont proposées en option.

1965 / 1966

Réclamée depuis longtemps, la glace de custode (3ème glace latérale) est enfin offerte à la 2CV au dessus des ailes (sauf l’AZL) qui en profite pour s’offrir sa quatrième calandre en 18 ans. La 2CV se fera désormais appeler Limousine dans le catalogue de vente, suite à l’adjonction de cette 3ème glace bien que commercialement, cette appellation ne soit pas reconnue par Citroën. La nouvelle calandre à trois lames fait son apparition, repoussant les chevrons sur le capot. Le pare chocs possède maintenant des bourrelets en plastiques noirs, nouveau chauffage en option, amortisseurs hydrauliques à la place des frotteurs AR. Cardans homocinétiques en série sur l’AZAM et en option sur l’AZA. Nouveaux coloris : Gris Etna et Bleu Brouillard. La 2CV AZL n’a pas le droit à la troisième glace. La 2CV AZL est désormais appelée 2CV AZA au catalogue.

2cv 1965

1967

Dernier sprint en solitaire, avant l’arrivée de la petite sœur, que Citroën aimerait bien voir remplacer sa vieillissante 2CV. En Août, les types 2CV AZAM / AZAM EXPORT (fabriquée pendant 5 mois) et 2 CV AZL (capote longue) sont supprimées du catalogue, remplacées donc par la nouvelle Dyane. Hormis la Charleston, le luxe de l’AZAM / 2CV AZAM Export ne sera jamais égalé.
De nouveaux équipements entrent en scène : poignées finies, système de blocage des vitres avants, sièges avants séparés, nouveau tableau de bord. Des feux rectangles en bas des ailes avants apparaissent.
Peu de modifications pour ce millésime, après les bouleversements esthétiques des deux années précédentes. C’est que la 2CV attend, sans trembler, celle qui affirme vouloir la remplacer…

1968 / 1969

En Octobre, les clignotants latéraux ne sont plus rouges et blancs mais entièrement oranges.
La 2CV fait finalement mieux que résister face à la Dyane. Et plus d’un an après le lancement de sa concurrente, elle peut fièrement redresser la tête. Elle est en passe d’éliminer celle qui pensait pouvoir la détrôner !

Page précédente : La 2CV dans les années 1950

Page suivante : La 2CV dans les années 1970

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Leraux
Leraux
1 année il y a

Bonjour,

S’agit-il bien du vert agave sur la photo?
Merci
Dominique