La 2CV signatures, pétition sur roues

Au cours de l’été 1985, lors de la 6ème rencontre Mondiale des Amis de la 2CV qui se déroule à Cheltebtham en Grande Bretagne, une Deuchiste britannique du nom de Louise Channels émet l’idée d’acheter une 2CV neuve, de la faire signer par le plus grand nombre de deuchistes possible et de la remettre officiellement à Citroën comme une pétition demandant le maintient de la 2CV en production le plus longtemps possible.

2cv signatures petition

Nous sommes cinq ans avant l’arrêt définitif de la production de la 2CV à l’usine de Mangualde au Portugal mais des rumeurs annonçant la fin proche de la Petite Citroën circulent déjà. Une 2CV 6 Special Blanc Meije est alors achetée 1760 livres sterling en Belgique en 1986 par le club anglais 2CV GB présidé par un certain Mr Steve Hill.

Elle reste alors chez le concessionnaire qui l’a vendue et ses éléments de carrosserie sont démontés et envoyés dans 22 pays pour y être signés comme prévu. Les plus petites pièces telles que les phares ou les écopes latérales d’évacuation d’air chaud sont ainsi envoyées dans les pays les plus lointains tels que le Japon, le Canada ou l’Australie… La France se voit allouer la portière avant gauche. Le 2CV Club de Bourgogne reçoit la mission de faire signer au plus grand nombre. La portière sera donc emmenée avec le président du club sur chaque manifestation deuchiste pendant 3 mois.

Chacun pouvait apposer sa signature contre une petite participation financière destinée à financer l’achat du véhicule. Elle est réassemblée au printemps 1987 lors de la rencontre Citroëniste de Waggel aux Pays-Bas.

Le Dimanche 19 Juillet 1987 à St Quentin en Yvelines, les clés de la 2CV Signatures sont remises une première fois aux représentants Citroën dont Josée Playoust responsable des manifestations extérieures et son adjoint Gérard Pairon. Le lendemain, une délégation de 13 2CV emmenant deux représentants de chaque pays signataire se rend au siège de la marque avenue Victor Hugo à  Neuilly Sur Seine. La 2CV A de 1939 et la 2CV A de 1950 de la collection Citroën sont là pour les accueillir, eux et leur magnifique 2CV Special Blanc Meije parfaitement recouvertes de 1832 signatures. Elle sera déchargée sous la pluie battante dans la rue, et est alors officiellement remise à Citroën et à Josée Playoust.
S’en suivent un vin d’honneur et une séance de photographies pour immortaliser ce moment historique.

Elle deviendra le symbole de l’attachement des deuchistes à leur voiture préférée. Trois ans et sept jours plus tard, la production de la 2CV cessera définitivement. Pieusement conservée depuis, elle témoigne encore aujourd’hui avec force de la dimension internationale du mouvement deuchiste.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments