2CV AU – 1949

Modèle de série

Dès le début de l’année 1951, la 2CV A se voit adjoindre une version camionnette tout aussi rustique et dépouillée.

Véhicule utilitaire très populaire, la 2CV Camionnette est rapidement mise au service des commerçants. Des administrations et plusieurs sociétés françaises font l’acquisition de flottes de 2CV AU, à commencer par les Postes qui dès 1949 n’hésitent pas à choisir la 2CV camionnette comme véhicule de fonction. Avec son intérieur sans recoins, la 2CV AU permet toutes sortes d’aménagement sur mesure. Les petits artisans peuvent rationaliser le rangement de leurs outils et le transport de petits objets, même fragiles.

Cette fourgonnette est lancée en Mars 1951. Sur la même base que la 2CV Type A, elle devait en posséder exactement les mêmes caractéristiques mécaniques, mais Citroën optera finalement pour une version moins coûteuse, avec une boîte de vitesse qui reçoit un couple conique plus court de 7×31 au lieu de 8×31. La moitié arrière de la carrosserie est réalisée en tôle nervurée : une astuce qui permet d’obtenir une bonne rigidité malgré une très faible épaisseur. Quant à l’allure, l’AU ressemble à une boîte de conserve ! La première 2CV fourgonnette adopte la dénomination AU. Logique car elle reprend le moteur 375 cm3, 9ch de la 2 CV A associé à une carrosserie d’utilitaire, avec un rétroviseur extérieur (fixé sur l’aile conducteur) mais sans rétroviseur intérieur contrairement à la berline. Il faudra attendre la commercialisation de l’AZ et de l’AZU pour que la 2CV soit équipée d’un éclairage de compteur. Jusqu’en juin 1953, les portes de la 2 CV sont du type mécano-soudé. Par la suite, la face intérieure est emboutie d’une seule pièce.

A l’arrière, les deux portes de la fourgonnette doivent se contenter de deux petits hublots, alors qu’il y aurait eu la place de mettre des glaces bien plus grandes. Mais en 1951, les vitrages sont chers et pour diminuer les coûts, la 2CV AU se contente du strict minimum. La visibilité arrière est médiocre !

2cv au vitre latérale

L’éclairage arrière des 2CV  A & AU se résume à l’origine à une simple lanterne qui assure également l’éclairage du numéro d’immatriculation. Généralement les propriétaires de ces voitures rajoutaient deux feux pour être vus la nuit et pour avertir les autres usagers au moment de freiner.

Du début de la production jusqu’à Mai 1958, le pare-chocs des 2CV reçoit un jonc en aluminium, peint de la couleur de la carrosserie à savoir le gris foncé AC 118. Les beaux phares CIBIE, de forme plus globuleuse que ceux commercialisés par la suite, sont difficiles à trouver en bon était de nos jours. Alors que la 2CV A recevait des roues Michelin Pilote dites à « bord plat », la 2CV AU dès son lancement en mars 1951 est équipée de roues Michelin BM – Bon Marché. La 2CV fourgonnette ne reçoit pas de banquette avant mais deux sièges séparés. Le siège passager est facilement amovible ce qui permet d’accroître la longueur utile. La sellerie écossaise est verte et blanche à anneaux plats.

Bien plus rare que la 2CV A, car produite dans des proportions moindres, elle est aujourd’hui un modèle particulièrement recherché.
Elle disparaîtra avec l’apparition du Type AZU. La production fut stoppée en Décembre 1954 avec environ 40 000 exemplaires produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *