Citroën, une ave...

  • 2cv-legende

Citroën, une aventure Industrielle française


Citroën est un constructeur automobile français fondé en 1919 par André Citroën qui fait partie du groupe PSA Peugeot Citroën depuis 1974.

Citroën a toujours été réputé pour ses technologies d’avant-garde et, à plusieurs reprises, a révolutionné le monde de l’industrie de l’automobile. La marque a notamment créé la Traction Avant en 1934, l’utilitaire H, les 2CV, DS, GS, BX, SM ou encore la CX,la XM etc…

En 1913, André Citroën fonde la “société des engrenages Citroën”, quai de grenelle à Paris.La denture de ces engrenages, en forme de chevrons, devient l’emblème de la Marque.

À la sortie de la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il a fondé et dirigé une importante usine de fabrication d’obus, le polytechnicien André Citroën décide de créer, en 1919, sa propre marque d’automobiles.

Il a existé plusieurs moteurs pour la Deuche et ses dérivés. Vous en trouverez ci-dessous une description succinte.


En 1919, il transforme son usine d’obus, créée en 1915, située sur l’actuel emplacement du Parc André Citroën, quai de Javel (actuel quai André Citroën) dans le 15e arrondissement de Paris, et absorbe le constructeurautomobile Mors dont il devient directeur général administrateur, et industrialise le premier modèle de la marque : La CITROËN TYPE A. Ce modèle est la première automobile européenne construite en série.

En 1919, il sort quotidiennement 30 voitures. André Citroën introduit rapidement un certain nombre d’innovations dans les installations à l’usine de Javel, y compris une infirmerie, d’un cabinet dentaire et une crèche. Production annuelle: 2810 véhicules.

En 1920, Citroën remporte le Grand Prix pour l’économie de carburant au Mans, et sa renommée se répand rapidement. La production est en hausse.

  • À la fin de l’année, 15 000 Citroën sont sur la route.
  • Production annuelle: 12 244 véhicules.

En 1921, la B2 remplace la Type A.

  • développement des autochenilles Kégresse(sur base Type A et B2).
  • Stocks de pièces de rechange sont créés dans toute la France pour la convenance des propriétaires de Citroën.
  • Citroën commence à se faire un nom pour elle-même sur d’autres marchés, l’exportation environ 3.000 voitures en 1921.
  • Production annuelle: 10 933 véhicules.

En 1922, afin de promouvoir la “Trèfle”, lors de l’ouverture du 7eme salon de l’automobile, un avion écrit dans le ciel parisien grâce à un panache de fumée, le nom CITROËN (sur une longueur de 5 kilomètres, tréma  compris). La veille, la curiosité des parisiens avait été attisée par des annonces dans la presse : “s’il fait beau demain, levez les yeux au ciel”.

Cette même année, entrée en activité de l’usine de Levallois (en banlieue parisienne) louée par Citroën aux automobiles Clément Bayard pour y fabriquer la 5CV et les autochenilles des grandes croisières. Sont usinés à cet endroit, les pièces détachées, les roulements à billes et les accessoires de carrosserie.

Toujours en 1922, la SOVAC est crée par Citroën, 1ère société européenne de crédit à la consommation. Les conditions commerciales proposées favorisent la popularisation de l’automobile en France (crédit sur 12 ou 18 mois).

Traversée du Sahara entre décembre 1922 et février 1923 en autochenilles, La croisière des sables.

Citroën donne aux autorités françaises un stock de 150 000 panneaux portant le nom de l’entreprise, pour une utilisation dans la refonte et l’amélioration de la signalisation à travers le pays.

Production annuelle: 21 025 véhicules.

En 1923 est inaugurée dans l’usine du Quai de javel, le premier convoyeur de 49 mètres de long.

  • Création de la société commerciale à Londres : Citroën Cars Limited.
  • Citroën renouvelle le parc de taxis parisiens et crée un réseau de transports rapides interurbains par autocars.
  • Création d’un réseau international de sociétés commerciales à Bruxelles ( Belgique), Amsterdam ( Pays-Bas), Cologne ( Allemagne), Milan ( Italie), Genève (Suisse) et Copenhague (Suède).
  • Entrée en activité de l’usine de Saint Ouen (aussi en banlieue parisienne) spécialisée dans l’emboutissage à froid des petites pièces en grande série. Rachetée à Somua en 1923, l’entreprise dispose de 25 presses, dont certaines d’une puissance de 1400 tonnes.
  • Lancement des Jouets Citroën (jusqu’en 1933, il y en aura 2 millions de produit) c’est grâce à Francois Miguault (fabricant de jouets) et Marcel Gourdet (chaudronnier de Génie) que les jouets Citroën virent le jour
  • Production annuelle: 32 678 véhicules.

En 1924, Citroën commence une collaboration avec l’ingénieur américain Edward Gowan Budd, qui a travaillé depuis 1899 au développement des carrosseries tout en acier pour les voitures de chemin de fer, et pour de nombreuses marques d’automobiles (Dodge, etc)

  • Entrée en activité de l’usine des Epinettes (annexes de Saint Ouen) pour la fabrication et le traitement des ressorts.
  • Lancement de la B10.
  • 17 000 véhicules sont exportées.
  • Production annuelle: 55 387 véhicules.

En 1925, Citroën industrialise la première carrosserie «tout acier» entièrement fermée en Europe. Le succès est au rendez-vous mais la concurrence industrielle est forte et implique un très fort développement créatif, technique et industriel.

    • C’est en 1925, que commença l’illumination de la Tour Eiffel(jusqu’en 1934).

  • Citroën crée des sociétés commerciales à Madrid (Espagne) et Alger (Algérie).
  • Entrée en acitivité des forges de Clichy(banlieue parisienne), 1ere forge en Europe avec 50 pilons.
  • Toujours en 1925, l’usine de Grenelle entre en activité (située dans le XVeme arrondissement de Paris). Elle sert a l’usinage et au montage des essieux avant et des ponts arrière de B14.Y est aménagée également une usine en services techniques et de contrôle, avec laboratoire de recherches.

    Au niveau international,création de l’usine de Bruxelles-Forest ( Belgique) pour la 5CV, la B12 et la B14,de Slough (Grande Bretagne) pour la 5CV, celle de Cologne (Allemagne) pour la B14 de Milan (Italie) pour la 5CV.

  • Le réseau commercial en France se développe et passe de 200 en 1919 à 5000 en 1925.
  • 2eme mission en Afrique noire : La Croisière Noire (20 000km en autochenilles à travers l’Afrique).
  • Lancement de la premiere carrosserie tout acier la B12
  • le réseau de concessionnaires est augmenté à 5000 ( il était 200 en 1919).
  • Production annuelle: 61 487 véhicules.

En 1926, grâce à ses rencontres avec Henry Ford, la production se taylorise et la B14 et B15 voient le jour.

  • Citroën publie son premier manuel de réparation pour les concessionnaires, avec une liste de pièces de rechange.
  • Production annuelle: 50 404 véhicules.

En 1927, entrée en activité de l’usine de Gutenberg (XVeme arrondissement parisien) pour la fabrications des moteurs et des boites de vitesses.

  • à l’international : création des sociétés commerciales à Lisbonne (Portugal) et Tunis (Tunisie).
  • Lancement de la C4et de la C6

    La superficie des usines (France et étranger) atteint 762 000 m2. Elles emploient 31 000 ouvriers. La cadence des fabrications, sans précédent en Europe, de 400 voitures par jour, permet de diminuer considérablement les prix de revient.

  • 1ere visite des usines ouvertes au public à l’occasion du salon de l’auto.
  • Le nombre de Citroën sur la route est de 319 074.
  • Production annuelle: 76 077 véhicules.

En 1928, la production passe a 1000 voitures jour grace aux 30000 ouvriers.

  • location de la dernière page de grands magasines pour y parler de ses véhicules.
  • Production annuelle: 72 356 véhicules.

En 1929, Citroën acquiert l’usine de Levallois jusque là louée.

  • Production annuelle: 102 891 véhicules.

En 1930, au niveau international, création d’une société commerciale à Oslo (Norvège), la Norsk Citroën A/S.

  • Mise en place d’un secteur fonderie aux forges de Clichy.
  • Production annuelle: 77 788 véhicules.

En 1933, Démolition de l’usine du Quai de Javel pour la reconstruire en un temps record, il n’aura fallu que 5 mois pour que la nouvelle voit le jour. Pendant la construction de la nouvelle usine, la production continue de sortir 360 voitures /jour.

Début de l’étude de la Traction Avant avec l’association de André Lefebvre

La “Petite Rosalie” bat le record du monde de distance à l’autodrome de Montlhéry, couvrant 300000 km à une vitesse moyenne de 93 km/h.

Production annuelle: 71 472 véhicules.

En 1934, le lancement révolutionnaire mais très coûteux de la Traction Avant, qui surclassera toutes ses rivales pendant 15 ans à partir de 1934, ne sauve pas la marque de la faillite. Fin 1934, les banques et créditeurs perdent confiance et décident de ne plus suivre son sur-endettement chronique et ses importantes pertes financières, et de confier la gestion à son principal débiteur Pierre Michelin, du groupe Michelin, (second fils d’Édouard Michelin, co-fondateur du groupe Michelin, un des principaux créanciers de Citroën) avec la mission très difficile de lui éviter la faillite.

Par contre, dans son livre La conjuration de Javel (publié en 1996), Bernard Citroën démontre que la dette était moins sévère que l’on avait dit, et que la marque aurait pu échapper à la faillite.

Le 21 décembre 1934, Citroën est mis en liquidation judiciaire. Le principal créancier, Michelin, reprend la marque, sauve les 250 000 emplois, calme 1 500 créanciers et les milliers de petits porteurs mécontents.

Lancement de la Traction Avant ( la “7”).

En juillet, départ de la croisière blanche a travers l’Amérique Nord qui se solda par un échec en octobre de la même année.

Production annuelle: 56 123 véhicules.

En 1935, Pierre Michelin succède à André Citroën en juillet 1935, après 15 ans d’activité industrielle au sommet.

  • Fermeture des usines à Milan (Italie) suite aux nouvelles lois douanières qui rendent trop complexe l’ assemblage de véhicules.
  • Production annuelle: 30 759 véhicules.

En 1936, le succès de la Traction Avant permet à Citroën de redresser sa situation financière.

  • au niveau international, ouverture de la société commerciale d’extrême orient à Saïgon (Indochine).
  • Production annuelle: 41 587 véhicules.

En 1937,lancement du projet TPV après une série d’étude montrant qu’en France le niveau trop élevé du luxe des voitures ne permettait pas à tous d’acheter une voiture et que 90% des personnes achetant une première automobile, l’achètent d’occasion.

  • Production annuelle: 61 136 véhicules.

En 1938, Pierre-Jules Boulanger devient PDG

  • entrée en activité du site de Poissy (banlieue parisienne).
  • Production annuelle: 61 136 véhicules.

En 1939, le 18 novembre acquisition des terrains de la famille Vieljeux à la Ferté-Vidame pour y créer un centre d’essai.

  • 250 exemplaires de la 2cv sont près à être présentés mais la déclaration de guerre annulera cette présentation.
  • Production annuelle: 69 575 véhicules.

En 1940, le 3 juin l’usine de Javel est bombardée.

  • Des exemplaires de la 2CV furent cachés à la Ferté Vidame
  • Destruction partielle des usines en Belgique.
  • la production tend vers zéro.
  • Production annuelle: 32 284 véhicules.

En 1941, le bureau d’etude travaille au remplacement d’essence par de l’alcool, du bois, du charbon…

  • Production annuelle: 13 871 véhicules.

En 1943, l’usine du quai de javel est à nouveau bmbardée en septembre. 282 machines outils sont endomagées et 33 sont irréparables.

  • Production annuelle: 4 494 véhicules.

En 1944, nouveau bombardement de l’usine de Javel.

  • Production annuelle: 2 318 véhicules.

En 1945, la production reprend peu à peu. Elle atteint 13,4% de son niveau d’avant guerre.

  • Production annuelle: 9 324 véhicules.

En 1947, au niveau international, création de sociétés commerciales à Buenos Aires (Argentine) et Stockholm (Suède).

  • plus des 3/4 de la production est exportée, en raison des difficultés economiques de l’après guerre.
  • Production annuelle: 28 977 véhicules

En 1948, la production de la 2CV prend ses quartiers à l’usine de Levallois c’est la première usine Citroën qui regroupe un secteur carrosserie et une secteur mécanique

  • Entrée en activité d’un atelier de décollage dans l’usine d’Asnières (banlieue parisienne) rachetée aux automobiles Laffly.
  • Production annuelle: 42 776 véhicules.

En 1949, production annuelle : 63 852 véhicules

En 1950, création de la Société de Construction d’équipement de Mécanisation et de Machines (SCEMM) à Saint Étienne. Cette société assure la fabrication de biens d’équipement et de machines.

  • Robert Puiseux succède à Pierre Jules Boulanger à la tête de la Société Anonyme Citroën.
  • Production annuelle: 81 941 véhicules

En 1951, La traction Avant 15/6 devient la voiture officielle de l’état Français.

  • Production annuelle: 101 126 véhicules.

En 1952, au niveau international, création de la société commerciale Citroën Cars Corporation à New-York (États-Unis).

  • création de la société commerciale Citroën au Maroc.
  • Assemblage des Type H et des 2cv en Belgique.
  • Production annuelle: 117 521 véhicules

En 1953, démarrage de l’usine de Rennes la barre-thomas (Bretagne) pour la fabrication des roulements a billes et de pièces élastomères Thermoplastiques.

  • Accord avec Panhard pour la fusion partielle des 2 réseaux commerciaux.
  • Production annuelle: 137 459 véhicules.

En 1957, accord avec la Société Alsacienne de Constructions Mécaniques pour la construction sur Mulhouse de joints de transmission.

  • Début de l’usine de Pnom Peng (Cambodge) de l’assemblage de 2cv fourgonnette.
  • Lancement de l’ID19
  • Production annuelle: 206 136 véhicules.

En 1958, démarrage de l’usine de la sociét2 Citroën Hispania à Vigo (Espagne) pour la fabrication des 2CV fourgonnettes.

  • le 9 Octobre, le quai de Javel devient le quai André Citroën.
  • Production annuelle: 246 305 véhicules.

En 1959, association entre Citroën et René Cotton (directeur de l’écurie Paris-Ile de France) afin de participer à la compétition automobile sur route. Victoire d’une ID 19 au rallye de Monté Carlo conduite par Coltelloni-Alexandre Desrosiers

  • au niveau international, accord entre Citroën et la société sud africaine Atlanta Industries Ltd et plus tard la Stanley Motors Ltd, pour l’assemblage des ID19 à Johannesbourg.
  • Production annuelle: 286 892 véhicules.

En 1960, assemblage de 2CV à Koper ( Yougoslavie) suite à l’accord signé avec la société yougoslave Tomos

  • début de l’assemblage des 2CV et des Ami à l’usine de Catila (Argentine).
  • Le Salon de Paris dévoile le cabriolet DS19, avec la carrosserie conçue par Chapron. La voiture a une boîte à 4 vitesses (dont trois syncromesh) et un embrayage centrifuge.
  • Production annuelle: 316 218 véhicules.

En 1961,entrée en activité de l’usine de Rennes la Janais (Bretagne) pour la fabrication des Ami 6.C’est la 1ère usine de carrosserie ( emboutissage de grosses pièces) et de montae de véhicules.Citroën poursuit ainsi sa volonté de délocaliser de la région parisienne ces unités de production.Elle est prévue pour produire 1200 véhicules/jour. Lancement de l’AMI 6

  • Entrée en activité de l’usine de Nanterre (banlieue parisienne) appartenant auparavant à SIMCA afin d’alléger les usines de la région parisienne. Sont assemblées les carrosseries-ailes, capots et portières de 2CV avec fonderies d’aluminium sous pression et usinage des moteurs.
  • Début de l’assemblage des Ami 6 en Belgique
  • Acquisition de 10Ha sur la communues de Vélizy afin d’y implanter les bureaux d’études et de Recherches, auparavant localisés au quai de Javel (Paris XV).
  • Production annuelle: 337 312 véhicules.

En 1963,entrée en activité de l’usine de Caen (Normandie) rachetés au acieries de Pompey, pur l’usinage et le montage des laiaisons au sol des 2CV et 3CV.

  • Accord avec la sociéte Sedica pour le montage des 2CV et 3CV à Madagascar.
  • Création d’une filiale industrielle et commerciale Citroën Chilena au Chili
  • Montage à l’usine d’Arica (Chili) des 2CV (break et pick up) connue sous le nom Citroenneta
  • Accord de coopération entre Peugeot et Citroën afin de regrouper les acahts de matières premières d’équipements.
  • Le service compétition dirigé par René Cotton est crée et s’installe à Vélizy.
  • Montage des H aux Pays Bas pour le marché du Bénélux.
  • Ouverture de pourparlers avec Citroën qui aboutissent à un accord limité de coopération.
  • Production annuelle: 437 799 véhicules.

En 1964, entrée en activité de l’usine de Mangualde (Portugal) pour la fabrication de 2CV ainsi que de l’usine de Simos (Yougoslavie) pour la fabrication et le montages des Dyane.

  • Accord avec la société allemande NSU pour l’etude d’un moteur à piston rotatif dasn le cadre de la cofiliale Comobil (Genève)
  • Démarrage dans l’usine de Nanterre, d’un atelier d’usinage de pièces mécaniques pour la DS.
  • Production annuelle: 464 955 véhicules.

En 1965, entrée en activité du centre d’études de Vélizy ( banlieue parisienne) afin d’y regrouper les bureau d’étude, les laboratoires et le service des recherches.

  • Intégrationde l’usine Panhard de Reims, spécialisée dans la fabrication d’organes mécaniques pour véhicules utilitaires.
  • Fermeture de l’usine de Johannesbourg ( Afrique du Sud) après seulement 1232 DS produits.
  • Exposition sur la publicité Citroën au pavillon Marsan à Paris.Cette exposition connaitra un succès internationale.
  • Lancement de la DS21
  • Production annuelle: 485 496 véhicules.

En 1966, fermeture de l’usine de Slough (Grande Bretagne) après une production totale de 28 800 véhicules (traction avant/DS/2CV et utilitaires).

  • Le LHM ( liquide Hydraulique Minéral)remplace le LHS2.
  • Création de la filiale iranienne (SAIPA:Société Anonyme Iranienne de Production Automobile)
  • Production annuelle: 531 133 véhicules.

En 1967, lancement de la Dyane et restylage de la gamme DS/ID

  • Accord de coopération industrielle avec Berliet dans lequel Citroën prend une participation majoritaire au capital.
  • Création de COMOTOR au Luxembourg pour la fabrication de moteurs dont le moteur a pistons rotatifs qui équipe le prototype M35 en 1969.
  • Production annuelle: 498 574 véhicules.

En 1968, Réorganisation du groupe Citroën : une société mère, Citroën SA, préside aux activités de Citroën-Berliet-Panhard. La structure comprend plus de 20 filiales, dont la Citroën Automobiles Société Anonyme (production) et la Société Commerciale Citroën (de vente).

  • Lancement de la Méhari
  • Citroën signe un accord de coopération technique et commerciale avec Maserati, le prestigieux constructeur italien de voitures de sport, marque en faillite rachetée par Citroën
  • Citroën et Total parvenir à un accord sur l’optimisation des carburants et lubrifiants, ce qui reflète les besoins créés par de nouveaux développements techniques.
  • Citroën et Fiat signe un accord de coopération technique et financière : constitution de la Holding PARDEVI qui détient la majorité des actions Citroën et dans laquelle Fiat a une participation de 49% et Michelin 51%. Fiat et Citroën développeront des projets communs détudes et dinvestissements industriels et commerciaux. L’usine de la SACM de Mulhouse est rattachée à Citroën.
  • Production annuelle: 460 712 véhicules.

En 1969, entrée en activité de l’usine de Metz-Borny (Lorraine) qui reprend la production de l’usine parisienne de Saint Charles. Née avec et pour la GS, l’usine en founit toutes les boites de vitesse.

  • Maserati s’associe avec le groupe Citroën pour développer un moteur 6 cylindres d’une voiture de prestige à venir portant le badge Citroën.
  • Entrée en activité de l’usine de Téhéran (Iran) pour le montage des 2CV fougonnettes, Dyane et Babybrousse
  • Constitution par la société des transports Citroën de CITER, chaine internatioale de location de véhicules.
  • Selon les termes de l’accord avec Fiat, les modèles Autobianchi sont vendus par les concessionnaires Citroën en France, Belgique, Suisse et au Portugal, tandis que Citroën sont vendus par les concessionnaires Autobianchi en Italie.
  • Regroupement au sein d’un meme service( nouvellement crée) de toutes les activités informatiques.
  • Remplacement de l’AMI6 par l’AMI 8
  •  
  • Production annuelle: 505 309 véhicules.

En 1970, entrée en activité de l’usine de Saïgon (Sud Vietnam) pour le montage des Dalat,véhicule dérivé des Babybrousses, lui même dérivé des Méhari

  • Entrée en activité à Abidjan (Cote d’Ivoire) d’une unité de montage de Babybrousse.
  • Entrée en activité à Nanterre d’un atelier de montage des moteurs de GS
  • Dans le rallye du Maroc, cinq DS21s sont parmi seulement sept voitures pour rejoindre l’arrivée.
  • Dans la tradition des grandes explorations Citroën automobile, la société organise un Paris-Kaboul-Paris (rallye longue distance).
  • Début des essais antipollution sur le site de Vélizy.
  • Au salon de Paris, Citroën dévoile la GS
  • Lancement de la SM et de la M35
  • Production annuelle: 535 660 véhicules.

En 1971, Citroën signe des accords avec Inda SA du Paraguay, l’Uruguay Quinatar SA, et Aviles Alfaro en Equador, pour le montage de 2CV et 3CV .

  • Le SOGAMM (Société d’Outillage Général appliqués aux Moules et Modèles) est mis en place à Stains, près de Paris, en tant que filiale. Elle est spécialisée dans la fabrication des corps de prototypes et de composants mécaniques, les normes de contrôle de la qualité et les équipements associés, et aussi maître de références pour la forge. Ce département a été préalablement installé dans l’usine de Clichy.
  • Dans le rallye du Maroc, le SM prend part à une compétition pour la première fois – et gagne : la première place pour Deschaseaux-Plassard, troisième arrêt Consten-Motte et quatrième pour Neyret-Terramorsi. Après le succès de la ligne Paris-Kaboul-Paris, Citroën organise une autre manifestation à longue distance : Paris-Persépolis-Paris. 500 2CV de voyage à l’extérieur de Paris Les Halles au sud de l’Iran.
  • La GS reçoit le titre de «Voiture de l’Année».
  • Accord entre Citroën et les sociétes yougoslaves Tomos et Iskra poru créer une société mixte CIMOS afin de produire en Yougoslavie des 2CV, Dyane, Ami8, GS et des pièces mécaniques.
  • Production annuelle: 665 691 véhicules.

En 1972, accord avec la société d’importation Globus en Islande pour la commercialisation de la gamme

  • Arrêt de l’usine de Grenelle dont l’activité est transférée à Caen.
  • Arrêt de la fabrication des H aux Pays Bas après 10016 exemplaires
  • entrée en activité de l’usine d’Aulnay sous bois ( banlieue parisienne) destinée à remplacer progressivement l’usine du quai de Javel.
  • En juillet, les Relations Publiques Citroën inventent une nouvelle forme de compétition : le 2 CV Cross, dont la première épreuve a lieu près d’Argenton-sur-Creuse.

  • Production annuelle: 730 840 véhicules.

En 1973 , Fiat se retire de PARDEVI et rétrocède à Michelin sa part du capital (49%). Cependant, Fiat et Citroën poursuivent certaines relations industrielles et commerciales, mais l’accord de 1968 est rompu.

  • Après les raids déjà organisés, Citroën organise le Raid Afrique: 8 000 km d’Abidjan (Côte d’Ivoire) à Tunis (Tunisie) pour cent équipages de jeunes en 2 CV.
  • Au rallye du Maroc, trois DS 23 (Neyret-Terramorsi Bochnicek-Kernmayer et Ponnelle-de Serpos) se classent respectivement 2e, 3e et 4e.
  • Production annuelle: 750 762 véhicules.

En 1974, Michelin et le groupe Peugeot décident le rapprochement de Automobiles Citroën et Automobiles Peugeot, afin de constituer un ensemble de dimensions internationales. Chacune des deux marques conserve son réseau commercial, sa gamme de véhicules et son image spécifiques, mais le développement d’une politique de recherche, d’achats et d’investissements communs permet d’envisager de considérables économies d’échelle.

  • Berliet quitte Citroën pour devenir partenaire de Saviem (groupe Renault)

    Fermeture de l’usine du quai de Javel. De 1919 à 1974, 3 227 105 véhicules, de la Type A à la DS, y ont été fabriqués. Le quai de Javel abritera le siège de la société pendant huit ans encore.

  • Fermeture des ateliers de montage au Chili, aprèsune production totale de 41 715 exemplaires.
  • La DS 23 de Welinski-Tubman-Reddiex remporte la Coupe du monde Wembley-Munich.
  • Arrêt de la fabrication de la DS
  • Lancement de la CX
  • Production annuelle: 688 806 véhicules.

En 1975, Entrée en activité, à Charleville-Mézières (Ardennes), d’une fonderie destinée à compléter les installations de la région parisienne. Entièrement gérée par ordinateur, elle est l’une des fonderies les plus modernes d’Europe. Fonte ferreux, aluminium coquille et aluminium sous pression.

  • Parallèlement au développement de l’usine de Charleville, la fonderie de Clichy devient prorgessivement un centre d’expérimentation de nouvelles techniques de fonderie
  • Arret de la production de la SM et séparation entre Citroën et Maserati
  • Fermeture de l’usine de Saint Charles (XV eme arrondissement) dont la productione est reprise par l’usine de Metz-Borny.
  • La CX est élue voiture de l’année avec 229 points.
  • Production annuelle: 693 915 véhicules.

En 1976, Le groupe Peugeot prend 89,95 % du capital de Citroën, et constitue la holding PSA en fusionnant Citroën SA et Peugeot SA.

  • Signature d’un accord de coopération industrielle et commercial avec la Roumanie, en vue de la production d’un nouveau modèle Citroën qui sera commercialisé en Europe de l’Ouest par le réseau Citroën, et dans le Comecon par une organisation roumaine.
  • lancement de la CX Break et de la CX Prestige
  • Lancement de la LN
  • Production annuelle: 741 363 véhicules.

En 1977, Début du montage de la LN dans l’usine de Bruxelles-Forest (Belgique)

  • Accord-cadre de coopération industrielle avec la Guinée Bissau pour la fabrication dans ce pays de 500 véhicules par an.
  • Avec le Plan Individuel d’Épargne Congé (PIEC), Citroën amorce une politique d’aménagement du temps de travail.
  • Constitution à Metz-Borny de la SMAE, filiale commune à Citroën (75%) et Peugeot(25%),ensemble industriel reroupant les deux usines de Metz-Borny et Tremery, et qui fournit les ensembles mécaniques.
  • Les transports Citroën sont regroupés autour de Gefco.
  • Production annuelle: 803 858 véhicules.

En 1978,En Espagne, entrée en activité de l’usine d’Orense pour la fabrication de pièces mécaniques pour l’usine de Vigo.

  • Entrée en activité à Melun-Sénart (banlieue parisienne) d’un centre de pièces de rechange informatisé pour l’approvisionnement du réseau commercial Citroën dans le monde entier.
  • Contrat avec la RDA, portant sur la fourniture par Citroën d’une usine clé-en-main de transmissions homocinétiques, spécialité développée par Citroën pour la Traction Avant.
  • Accord entre Fiat, Peugeot et Citroën pour l’étude et la construction d’un nouveau véhicule utilitaire.Création d’une société commune Sevel Spa dont Citroën détient 25%
  • L’usine de Rennes-la Barre-Thomas cesse ses fabrications de roulements à billes.
  • Lancement de la Visa
  • Production annuelle: 807 504 véhicules.

En 1979, Remplacement des GS par les GSA

  • Entrée en activité de l’usine de Trémery (Lorraine) pour l’usinage et le montage de moteurs haut de gamme, essence et Diesel. L’usine a été conçue selon un concept d’organisation nouveau permettant une grande souplesse de gestion.
  • Fermeture de l’usine de Gutenberg (Paris), dont les fabrications sont reprises par l’usine de Trémery.
  • Mise en place à l’usine de Saint-Ouen (banlieue parisienne) d’un centre de CFAO.
  • L’ouverture des frontières de l’Argentine entraîne l’arrêt des fabrications dans l’usine de Catila.
  • Accord de production des CX et GSA en Thaïlande.
  • Création de CREDIPAR, Comagnie Général de Crédit aux Particuliers.
  • Production annuelle: 815 173 véhicules.

En 1980, Entrée en activité à Meudon (banlieue parisienne) d’une usine de constructions mécaniques pour la fabrication de machines-outils, d’outils et de pièces prototypes.

  • Premiers cercles de qualité à l’usine de Rennes-la Janais : petits groupes de cinq à dix volontaires travaillant dans un même atelier ou service, ils s’attachent à maîtriser de façon continue les problèmes pouvant se poser, en utilisant les techniques du contrôle de la qualité.
  • Entrée en activité à Valenciennes (Nord) de l’usine de la Société Mécanique Automobile du Nord (SMAN). Filiale d’Automobiles Peugeot et d’Automobiles Citroën, la SMAN fournit aux trois sociétés du groupe des boîtes de vitesses pour leurs véhicules de milieu de gamme.
    L’Acadiane remplace la 2 CV fourgonnette dans l’unité de montage de la STIA en Tunisie. Cadence annuelle : 600 véhicules.

  • Création de la SOGEDAC (Société Générale D’AChats).
  • Fermeture de l’usine belge de Bruxelles-Forrest.
  • Créatio de l’usine Sevel de Val di Sangro (Italie) issue de la coopération entre Fiat et PSA à part égale.
  • Lancement de la VISA II
  • Production annuelle: 651 374 véhicules.

En 1982, Après 68 ans, Citroën quitte le quai de Javel, devenu quai André-Citroën en 1958, et transfère son siège social à Neuilly-sur-Seine (banlieue parisienne).

  • Citroën Industrie signe avec Automatique Industrielle, filiale commune de PSA, SG2, PUK et Rhône-Poulenc, un accord de coopération destiné à promouvoir la conception, la réalisation et la commercialisation d’ateliers automatisés flexibles sur les marchés français et étrangers.
  • Plusieurs usines de la région parisienne connaissent des troubles sociaux qui perturbent la production pendant plusieurs semaines.
  • Citroën livre 150 CX à l’hôtel Dong Fang de Canton. Avec ce premier contrat d’une série de trois, Citroën pénètre le marché chinois.
  • Lancement du C25.
  • Lancement de la BX
  • Jean Baratte devient PDG de PSA.
  • Production annuelle: 606 262 véhicules.

En 1983, Entrée en activité, dans l’usine de Meudon, d’un atelier automatisé flexible, innovation en matière d’automatismes et de techniques avancées. Entièrement géré par ordinateur, l’atelier assure 24 heures sur 24, sans intervention manuelle, l’usinage et le contrôle de pièces proto-types en petites et moyennes séries.

  • Fermeture de l’usine de Mulhouse dont les ateliers, situés en zone urbaine et de conception ancienne, ne permettent pas les transformations nécessaires à une exploitation moderne. Les fabrications de joints de transmission sont transférées dans les usines Citroën de Caen et Peugeot de La Rochelle.
  • A la suite du contrat signé en 1978, entrée en activité à Zwickau-Mosel (RDA) d’une usine de transmissions homocinétiques livrée par Citroën. D’une capacité de production annuelle de 800 000 transmissions, l’usine fournira un tiers de ses fabrications à Citroën.
  • Mise en place d’un système de gestion entièrement informatisé des commandes de la clientèle, pour réduire et fiabiliser les délais de livraison des véhicules.
  • Jacques Calvet devient le PDG de PSA.
  • Production annuelle: 605 045 véhicules.

En 1984, Entrée en activité à Craïova (Roumanie) de l’usine Oltcit, aboutissement de l’accord de coopération franco-roumain de 1976. C’est un complexe industriel moderne, d’une capacité de production de 130 000 véhicules/an.

  • En avril, l’activité d’usinage et de montage des moteurs de GSA est transférée de Nanterre dans les ateliers plus modernes des usines de Vigo et Orense en Espagne. Celle de l’atelier de fonderie d’aluminium sous pression est décentralisée en province.
  • En juillet, le secteur d’assemblage-carrosserie des portes de la 2cv est transferée à l’usine de Levallois
  • “Trophée féminin” : 6 000 candidates aux épreuves de sélection, 11 pilotes retenus, 6 épreuves. Sylvie Seignobeaux et Christine Driano deviennent “pilotes d’usine” pour la saison 1985.
  • A l’usine de Clichy, expérimentation en postes d’essai semi-industriels du procédé de lost foam.
  • Plus de 200 cercles de qualité fonctionnent dans les différentes usines Citroën.
  • Production annuelle: 551 691 véhicules.

En 1985, Nouvelle identité visuelle, le rouge et le blanc remplacent le jaune et le bleu

  • En juillet, Citroën participe au premier salon automobile chinois à Shanghaï, et y signe un contrat de livraison portant sur 250 CX.
  • En décembre, fermeture des usines de Clichy et Nanterre, en banlieue parisienne, dont les activités sont reprises par les unités de Charleville pour la fonderie, et Trémery et Asnières pourla mécanique.
  • L’atelier de ferrage entre en fonction à St Ouen.
  • Production annuelle: 597 582 véhicules.

La place de Citroën dans l’industrie automobile

Prod.totale France

Prod. citroën

Prod. EU

1920 40 000 8 000 1 500 000
1925 177 000 60 000 3 000 000
1929 254 000 100 000 4 700 000
1933 200 000 70 000 1 600 000
1935 165 000 30 000 3 200 000
1938 180 000 68 000 2 020 000

Source : http://www.passion-citroen.com/l-histoire-citro%C3%ABn/l-histoire-de-la-marque/

» Usine Citroën de Javel
« Fabrication d'une 2CV