2CV Ambulance – 1953

Agile, confortable, fiable… La 2CV avait toutes les qualités requises pour devenir un véhicule d’intervention sanitaire !

Il n’a existé qu’un exemplaire de cette belle ambulance, fabriquée à partir d’une 2CV AU de 1953. Elle fût proposée en Novembre 1953 par un carrossier rouennais aux municipalités disposant de petits budgets. En effet, à l’époque, les malades sont le plus souvent transportés en voiture particulière vers l’hôpital le plus proche. En cas d’accident grave, les ambulances viennent des villes, mais arrivent souvent trop tard. Malheureusement la proposition n’a pas convaincu les maires et aujourd’hui cette 2CV ambulance est la seule existante. Ce n’est pas le modèle d’origine, mais une copie conforme.

 

A l’intérieur, le siège passager a été retiré pour laisser place à la civière. Le blessé voyageait dans le sens de la marche, la tête vers le hayon arrière, reposant sur un petit coussin, les pieds sous le tableau de bord. Le volant et la boule de levier de vitesses sont noirs, tels qu’ils l’étaient sur une 2CV A de 1953. On découvre un brancard tout le long afin d’y allonger le malade à côté du chauffeur. Le siège dévolu à l’accompagnateur est en réalité, le siège passager qui a été démonté et ré-installé.

A l’extérieur, elle est blanche, intérieur et roues assorties, texte latéral bleu, avertisseur lumineux avec croix rouge à l’avant, toit métallique rigide, drapeau fond blanc à croix rouge, côté droit, porte arrière à charnière gauches et grande lunette, glaces arrières de custode à verre cathédrale. Les clignotants proviennent d’une Traction Avant. La partie arrière a été rallongée plus ou moins grossièrement pour loger le brancard, et le toit est quant à lui rehaussé. Une 2CV A a été “sacrifiée”, son arrière ayant été tronçonné au niveau  de la ceinture de caisse. Les pare-chocs tubulaires sont du type pays d’outre-mer, bien que toutes les 2CV sorties dans cette configuration renforcée à partir de Mars 1954 n’en aient pas forcément été équipées.
Un plancher, fabriqué spécialement pour recevoir la civière, vient en complément de l’ancien plancher qui abrite la roue de secours.