2CV AZU – 1954

Modèle de série

Apparue au catalogue Citroën dès septembre 1954, l’AZU est destinée à remplacer l’AU, première version de la 2CV fourgonnette lancée en Mars 1951 et qui, avec son petit moteur bicylindre de 375 cm3, était jugée trop peu performante… L’AZU et ses 425 cm3 est enfin capable de transporter 250kgs de charge utile !

Dès la mise sur le marché de sa 2CV, Citroën n’a de cesse d’en vanter les côtés pratiques, n’hésitant pas, par le biais de nombreuses mises en scène photographiques, à montrer à quel point sa nouvelle voiture pouvait se révéler un parfait utilitaire. Cette 2CV AZU fût présentée avec un moteur de 425 cm de 12ch et elle gagnera 6ch pour atteindre les 21ch en 1967. Le modèle n’a cependant pas droit à l’embrayage centrifuge de la berline.

Pendant ses 18 années de carrière, elle connaît de nombreuses évolutions tant mécaniques qu’esthétiques. Contrairement  à la 2CV AU, ses jantes restent peintes dans la couleur de la carrosserie (elles sont ivoires clair sur la 2CV AZ). A l’arrière, deux catadioptres ronds sont posés (un seul auparavant) et un feu stop Axo est fixé côté gauche. A partir de mars 1955, l’auto bénéficie également de blocs Labinal positionnés sur l’arrière des panneaux supérieurs faisant office de clignotants et de feux de position. En 1961, un nouveau capot à cinq nervures avec une calandre moins haute est adopté tandis que le feu stop supplémentaire côté gauche disparaît. En mars 1963, les hublots ovales des portes arrière sont remplacés par des vitres carrées et les panneaux latéraux perdent leurs nervures dans la partie supérieure. Fin 1964, l’ouverture des portières avant change de sens et, pour 1971, les pare-chocs sont uniformément gris.
De manière très astucieuse, la roue de secours et la manivelle sont dissimulées dans un compartiment, sur le flanc gauche. 2cv azuA l’intérieur, son tableau de bord accueille la même platine que la berline. A partir de septembre 1955, les fourgonnettes sont assemblées à l’usine Panhard d’Ivry et le rythme de production s’accélère. Durant cinq ans, tandis que la berline bénéficie de nombreuses évolutions, la fourgonnette se contente de légères améliorations, la plus visible étant l’adoption d’une couleur unique gris clair AC 132 sur les jantes en février 1959. En septembre 1959, elle chausse les gommes en 135×380 de la berline. En 1961, elle reçoit des garnitures de sièges en tissu bayadère bleu assorties à une teinte de carrosserie inédite : le bleu Névé AC 609. En Août un nouveau coloris est proposé : Vert Cactée AC 513, allié à un tissu intérieur coordonné.

En septembre 1973, la 2CV fourgonnette type AZU série B reçoit le moteur 435 cm de la 2cv 4. La carrosserie est enfin modernisée (la berline l’avait été début 1970) grâce à des nervures plates et à des feux clignotants à l’avant et à l’arrière. En 1975, les phares deviennent rectangulaires. Elle disparaîtra en Septembre 1978 au profit de l’AK 250. Le remaniement le plus flagrant restera, début 1963, l’apparition d’une vitre latérale carrée placée juste derrière les portières. Avant cette date, la modification se faisait en nom propre chez Glaçauto à Levallois, un accessoiriste.

Les fourgonnettes AZU et AZU-B ont longtemps été utilisées par La Poste et EDF. Pour rouler dans les mauvais chemins, ces versions Administration étaient équipées d’un pare-chocs avant tubulaire, d’une plaque de protection sous le moteur et d’un pare-chocs arrière imposant des feux rehaussés.

Quid des fourgonnettes : 2CV AU, 2CV AZU, 2CV AK 250, 2CV AK 350, 2CV AK 400, 2CV AKS ?

Mettons les choses au clair concernant les 2CV Utilitaires. L’appellation commerciale du tut premier modèle de 1951 est “fourgonnette 250kg”. C’est le type AU (1951-1954), avec U comme utilitaire et A car elle dérive de la 2CV A berline à moteur 375 cm3. Quand elle passe au 425 cm3 en 1954, la fourgonnette devient donc le type AZU (1954-1972). En 1961, une nouvelle version de 2CV Fourgonnette est proposée ; il s’agit de l’AK, élaborée sur la base mécanique de l’Ami 6. Avec son moteur M4 de 602 cm3 (3CV fiscaux) et sa longueur augmentée de 20 cm sur le porte-à-faux arrière, elle peut transporter 350 kg de charge utile. On l’appelle également l’AK 350 (1963-1970). L’AZU quant à elle mène sa carrière en parallèle.

Extérieurement, la différence entre la 2CV AZU et l’AK 350 réside dans ses grandes glaces rectangulaires galbées sur les panneaux arrières. Dans le cadre de sa politique “visibilité totale – sécurité accrue” la société Glaçauto de Levallois-Perret proposait, dès février 1956, une surface vitrée augmentée sur les 2CV berlines et fourgonnettes. Depuis 1960, Citroën livrait des centaines de fourgonnettes à modifier à Glaçauto, devenu fournisseur officiel de la firme de Javel.
Les clients pensaient que l’offre provenait de la maison-mère, le nom de Glaçauto n’étant jamais cité dans les revues commerciales.

L’AKS 400 (1970-1978), avec un S comme sur-élevé, est appelée AK 400 dans le langage courant.


Zoom sur la 2CV avec équipement PO

En 1954, Citroën sort un modèle d’équipement sur les 2CV AZU : PO (en berline ou camionnette). Les 2CV qui en seront munies disposeront d’ un équipement renforcé afin de répondre à un cahier de charges spécifique : la conduite sur les routes difficiles des territoires d’outre mer. La 2CV PO est une préparation spéciale et évolutive pour 2CV destinées à l’ outre mer. Châssis, pare-chocs, filtre à air, pneumatiques… sont renforcés avec cet équipement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *